Marqueterie de pierres dures

Une peinture éternelle…

La fascination de l’homme pour les pierres dures est ancienne. Héritée des romains, elle fut, pour les grands maîtres de la Renaissance, la « peinture éternelle », celle qui ne s’efface pas. La technique de la marqueterie de pierres dures consiste à utiliser des pierres de couleur, taillées et ajustées, finement polies pour créer des images, comme une marqueterie employant des minéraux au lieu de bois.

 

Débiter les blocs et tailler les pierres fines est un travail long et minutieux. La marqueterie de pierres dures est un métier rare qui ne s’exerce plus que dans quelques ateliers hautement spécialisés. Cet art répond à des projets de décoration pour une clientèle exigeante. L’artisan d’art peut être amené à réaliser des motifs décoratifs traditionnels mais également des créations contemporaines où la marqueterie devient une peinture.

Dans son très beau livre, Annamaria Giusti, auteur de référence de la marqueterie de pierres dures, résume son histoire :
« C’est a Florence que les Médicis fondent, dés 1588, une prestigieuse manufacture dédiée aux mosaïques de pierres dures ou Commessi. On y utilise corail, grenat, saphir, etc. La manufacture brillera trois siècles durant, grâce à la virtuosité des meilleurs spécialistes. D’autres manufactures ouvrent leurs portes à Prague, à la cour de Rodolphe II de Habsbourg et aux Gobelins du Roi-Soleil, avant d’essaimer dans les royaumes de Bourbon, à Naples et à Madrid. S’élabore ainsi un langage international de la « mosaïque florentine », capable de créer, dans le domaine des arts décoratifs, des œuvres d’une beauté absolue. »

Sylvaine, dont vous découvrez quelques créations, exhume les jolies pierres et les transforme en œuvres d’art. Elle utilise le lapis-lazuli, l’œil de tigre, le jaspe, le jade, l’améthyste, l’onyx, l’aventurine, la malachite… mais aussi la nacre et l’or. Elle a une fascination pour l’art asiatique, pour les miniatures persanes dont elle admire la finesse, la délicatesse et la très grande créativité. Elle est également très attachée au thème des contes et légendes dans lesquels la présence des animaux est forte. Comme RENÉE PARIS, Sylvaine est passionnée par l’Art et le Beau.